Impossible de passer durant la saison des pluies.
Les habitants nous ont sollicités.

Vietnam - Durant la saison des pluies, les agriculteurs d’Arec perdent 50 % de leurs récoltes, la faute à une rivière infranchissable. Il est temps d’agir, avec votre soutien ! 

Sur les hauts-plateaux du centre du Vietnam, à la frontière du Laos, vivent les minorités ethniques Cơ-tu. Dans le village d’Arec, les habitants cultivent presque 1200 ha de surfaces agricoles. Chaque ménage possède en moyenne 12 ha de champs, l’équivalent de 17 terrains de football ! Les habitants cultivent du riz, du manioc et pratiquent l’arboriculture fruitière. Mais la population rencontre un sérieux problème.

Dans la maison communale traditionnelle, le chef du village, Monsieur Nguyễn Thanh Tâm explique : « Nous produisons 66 tonnes de riz brut et 7 tonnes de manioc par an. Nos champs sont de l’autre côté de la rivière. Il faut traverser péniblement le lit de la rivière à pied, mais les berges sont glissantes et pentues. En saison de pluie, la rivière est infranchissable. Il n’y a pas d’autres options. Aucun détour ne permet de surmonter l’obstacle. »

33 tonnes de riz perdues !

Un agriculteur raconte: « Très souvent, les pluies torrentielles s’abattent sur notre village et rendent l’accès aux champs impossible durant 6 mois. En conséquence, nous ne pouvons pas récolter ce que nous avons cultivé en saison sèche. Nous perdons jusqu’à 33 tonnes de riz et 3 tonnes de manioc de récoltes potentielles.

Lors des crues de 2011, chaque ménage a perdu environ 520 kg de riz. » Pour une population dont l’agriculture est la seule ressource de nourriture et de revenu, ces pertes sont dramatiques. Il faut agir.

Récolter et désenclaver

L’analyse technique a démontré qu’un pont suspendu était la meilleure solution. Des planches métalliques, plus solides et plus durables que le bois, permettront aux habitants d’utiliser leurs deux-roues pour le transport des récoltes. En utilisant l’ensemble du potentiel agricole, les villageois pourront d’une part stocker et consommer les aliments et d’autre part vendre leurs récoltes dans le village principal de la commune à 2 km. Mais les bénéfices d’un pont ne s’arrêtent pas là. Il permettra de désenclaver un autre village situé à 17 km au nord d’Arec. Les 107 habitants pourront enfin se rendre au centre de santé de la commune durant toute l’année. C’est d’une pierre, deux coups !

Les villages de minorités ethniques, comme Arec, situés dans les zones reculées du Vietnam ne profitent que rarement d’investissements. Avec votre aide, nous avons la possibilité de les soutenir. Merci beaucoup.

Avec 53.- CHF vous permettez à un agriculteur d'Arec de récolter l'ensemble de sa production agricole annuelle

Roman Twerenbold